Rencontres/Débats/Conférences 2014

RENCONTRES

Cycle Ecrit-Ecran
Combattants juifs dans la guerre d’Espagne
28 janvier 2013 à 20h

Chants de lutte, le retour !
Jeudi 30 et vendredi 31 janvier à 19h30
à la Maison du Peuple de Saint-Gilles

A l’occasion de la Saint-Valentin…
Vertige, chute et ravissement
Lecture spectacle
Jeudi 13 février à 19h30

Soirée littéraire : Littératures nord-caucasiennes
Mercredi 26 février, 19h30

Graffiti et Street Art : un tournant ?
Trois auteurs livrent leur vision
Jeudi 13 mars à 20h

Identities (Hide Entities)
Lecture spectacle
Textes de femmes africaines
Samedi 15 mars à 19h

Rap, hip-hop : 30 années en 150 albums
Rencontre-débat
Jeudi 20 mars à 20h

Parcours d’Editeur
Entre les lignes, journalisme numérique
Exposition :
photos, gravures, illustrations

Du mardi 18 au vendredi 28 mars
Vernissage le mardi 18 de 18h à 20h
Table ronde :
Les spécificités de la presse en ligne
Vendredi 28 mars à 19h

Métissages 100% > 8/5/19h30

Contes glacés et lettres impertinentes : lectures saveurs par l’atelier « Voix au Chapitre » > 12/5/19h

50 ans d’immigration marocaine : éternels sujets ou citoyens ? > 13/5/20h

Ils ont eu la graisse, ils n’auront pas la peau ! Documentaire > 20/5/18h30

Formation à l’application de la loi contre les discriminations > 26/5/ 9h30-12h30

Sueur froide et frissons brûlants > 5/5/19h

Irène Hamoir, surréaliste belge >25/09/19h

Les défis du pluriel : Égalité, diversité, laïcité > 7/10/20h

Bruxelles-Dakar : Une connexion Hip-Hop > 10/10/20h)

Aragon et la poésie arabe > 14/10/19h

Noirs – Blancs – METIS : Ces enfants oubliés de la Belgique de papa > 16/10/19h30

Cycle écrit-écran : Marcher comme sur des oeufs >13/11/12h 30 & Mille chemins du temps >13/11/14h30)

Jeunes Chercheurs dans la Cité : Mises en mots, remises en formes >14/11/18h/21h

Textes et chansons de la Grande Guerre. Par l’asbl Plaisir du Texte >19/11/19h30

La violence des riches ! Monique et Michel Pinçon-Charlot > 27/11/19h30

Vocal Cords : audition publique > 30/11/17h-21h



Nouveau cycle : Écrit-Écran

COMBATTANTS JUIFS DANS LA GUERRE D’ESPAGNE


• Mardi 28 janvier 2013 à 20h

JPEG - 37.8 ko

La soirée débutera par la projection du film Madrid before Hanita de Eran Torbiner (58’, VO st fr., Israël, 2006) et sera suivi de la présentation du livre Combattants juifs dans la guerre d’Espagne – La Compagnie Botwin, par Larissa Gruszow-Wozek.

Madrid before Hanita relate une page d’histoire, celle de 300 Juifs de Palestine, pour la plupart communistes, partis combattre le fascisme et rejoindre les Brigades internationales durant la guerre civile espagnole de 1936 à 1939. Ce film suit leurs trajectoires et à l’aide de documents et de témoignages relate leurs luttes, leurs relations complexes avec la population civile espagnole, leurs amours, leurs
déceptions.

Après le film, Larissa Gruszow-Wozek présentera le livre Combattants juifs dans la Guerre d’Espagne – La compagnie Botwin écrit par son père, Efraïm Wuzek, affecté en octobre 1937 à la Brigade Dombrowski, constituée essentiellement de volontaires d’origine polonaise.

Bientôt déclarée « Compagnie juive », elle adopte le nom de Naftali Botwin, en
hommage à un jeune militant communiste condamné à mort quelques années plus tôt.

JPEG - 113 ko
JPEG - 81.8 ko
JPEG - 81 ko

La compagnie possède son drapeau et son journal, en langue yiddish, et prend part à
tous les fronts : Teruel, Guadalaraja, Sierra de Quemada, jusqu’au dernier, celui de l’Ebre…
Ses Zikhroynes fun a Botvinist (Souvenirs d’un Botwinnik) sont parus en yiddish à Varsovie en 1964.

La traduction française complétée d’une présentation a été publiée en 2012 par
les Editions Syllepse.

En présence du réalisateur ; traduction assurée par Adi RAZ.

Animation : Roland BAUMANN

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, 1,25 euro article 27 et entrée libre pour les sans–papiers.

Un partenariat Maison du Livre, Union des Progressistes Juifs de Belgique (UPJB) et Institut pour la Mémoire audiovisuelle Juive (IMAJ).

Retour au sommaire


CHANTS DE LUTTE, LE RETOUR !

• Jeudi 30 et vendredi 31 janvier
à 20h

A la Maison du Peuple de Saint-Gilles.

JPEG - 6.8 ko

A la demande générale, le Festival Chants de lutte est de retour !

L’ ACJJ, Bruxelles Laïque, PAC et la Maison du Livre vous invitent à deux
soirées-spectacles qui réunissent la fine fleur des chorales engagées... et vous permettent de découvrir en primeur les fruits des deux ateliers de la saison.

Car la Chorale Ephémère interprètera aussi des chansons écrites au cours du stage d’écriture de chansons engagées donné par Claude Semal !!

La chorale Ephémère : une chorale citoyenne née dans le cadre du festival Chants de lutte, animée par Mouchette Liebman.

JPEG - 93 ko
JPEG - 88.7 ko
JPEG - 82.7 ko
JPEG - 90.9 ko
JPEG - 83 ko

Les Voix du Léonard : ce sont sept femmes de Seraing qui ont à leur répertoire de solides chants de lutte et qui nous encourageront à les accompagner le poing levé. Allons de l’avant en chantant !

Les Callas s’Roles : nom composé, féminin pluriel, d’origine liégeoise swinguant entre Callas et casseroles. Abréviation de 33 plaisirs de chanter la solidarité, la liberté, l’égalité, la révolte... la vie.

Rue de la Victoire : la chorale transgénérationelle de l’Union des Progressistes Juifs de Belgique, animée par Mouchette Liebman.

C’est des Canailles ! : un esprit de résistance à toutes les oppressions anime ce groupe de chanteuses et chanteurs convaincus de l’importance de faire entendre leurs voix citoyennes et d’affirmer le sens de leur engagement avec force, émotion, humour ou dérision, là où c’est nécessaire.

Les Sans-Nom (Nancy) : fondée à l’automne 2000, la chorale ne comptait qu’un seul musicien : son chef. Les autres ? un ramassis hétéroclite d’anonymes, de syndicalistes, d’anarchistes, d’écologistes et de trotskistes, piètres chanteurs mais toutes et tous assez grandes gueules. Depuis 2012 la chorale pratique l’autogestion intégrale. Il n’y a donc plus aucun musicien...

Maître des cérémonies : Francis DANLOY

P.a.f. : 5 euros

Réservations très vivement conseillées :
02/543.12.21 ou info@lamaisondulivre.be

Vous serez accueillis par une sélection de photos de Micheline RABINOWITSJ, photographe et témoin, qui arpente depuis des années, appareil en bandoulière, les lieux de grande fragilité et d’exclusion sociale. Elle y capte les élans de revendications et d’indignations collectives et nous restitue ainsi de précieux moments où solidarité et fraternité s’expriment à fleur de peau.

Vous trouverez le programme précis des deux soirées sur le site http://www.pac-bruxelles.be

Retour au sommaire



Lecture - rencontre
Par l’atelier « Voix Vives »

VERTIGE, CHUTE ET RAVISSEMENT

• Jeudi 13 février à 19h30

JPEG - 493 ko

Cette fois, c’est la veille de la Saint-Valentin que nous vous invitons à partager une soirée littéraire et conviviale.
Cher(e)s Avec et Sans Valentin(e)s, les lecteurs de l’atelier de lecture à voix haute vous ont concocté un cocktail de textes pétillants : une succession de moments intimes qui aiguisent les sens…
Des échappées exquises ou brûlantes glanées chez des auteurs qui n’ont pas particulièrement la réputation d’appartenir à la littérature érotique – Colette, Gabriel Garcia Marquez, Tchékhov, Valéry Larbaud, Lily Prior, Daniel Pennac, Benoîte Groult, Violette Leduc, Henri Michaux, Kundera – mais qui décrivent avec saveur cette effervescence de la grimpée (ou chute) du désir (avec ou sans ravissement… !)

Mise en bouche : Christine HENKART et Marie-Pierre MEINZEL

Entrée libre, mais réservation vivement souhaitée : 02/543.12.20 ou 02/534.50.87 ou
asblpasmoi@gmail.com

Retour au sommaire


Soirée littéraire : Littératures nord-caucasiennes

Avec Zamboulat Idiev & Boris Korkmazov

• 26 février, 19h30

Dans le cadre du Festival « Le Caucase, entre deux mers » (www.bozar.be)

JPEG - 76.9 ko

“Montagne des langues”, le Caucase impressionne par la diversité des langues qu’on y parle.
Cette soirée sera consacrée à deux écrivains du Caucase du Nord, l’un tchétchène, l’autre karatchaï.

Boris Korkmazov est un écrivain karatchaï, demandeur d’asile en Belgique, il a écrit de très nombreuses œuvres en russe ; sa nouvelle La tête du héros qui traite de la déportation des Karatchaïs par Staline en 1943, a été publiée récemment dans la Revue nouvelle.

Zamboulat Idiev vit réfugié en Belgique depuis dix ans. Écrivain tchétchène, il a dû fuir la guerre. Il a publié, notamment, la nouvelle La demande en mariage, dans le recueil Des nouvelles de Tchétchénie, spécialement édité en 2005 aux éditions Paris-Méditerranée pour le Salon du livre à Paris.

JPEG - 84 ko
JPEG - 49.6 ko
JPEG - 93.2 ko

Zamboulat Idiev et Boris Korkmazov dialogueront avec Marianne Stasse, traductrice de russe et en particulier de la nouvelle de Boris Korkmazov parue dans la Revue nouvelle et Aude Merlin, chargée de cours à la Faculté des Sciences Politiques de l’ULB, membre du CEVIPOL (www.cevipol.be) et spécialiste de la Russie et en particulier du Caucase du Nord, avant un débat avec le public.

Zoura Radoueva, lira des poèmes en tchétchène, en introduction et en conclusion.

Zoura Radoueva est une comédienne tchétchène, réfugiée en Belgique. Elle a eu une carrière artistique de premier plan en Tchétchéno-Ingouchie et en Union soviétique. En Belgique, elle a eu l’occasion de jouer dans Non rééducable, pièce de Massini consacrée à la journaliste Anna Politkovskaïa assassinée à Moscou en 2006, et mise en scène par Michel Bernard au Marni, en 2010.

P.a.f. : 4 €, 2,5 € étudiants et chômeurs, 1,25 € article 27, entrée libre pour les sans-papiers.

Retour au sommaire


GRAFFITI ET STREET ART : UN TOURNANT ?

• Jeudi 13 mars à 20h

La Maison du Livre, Les Impressions Nouvelles et Lezarts Urbains vous invitent à une rencontre « au sommet » autour de plusieurs livres belges consacrés au graffiti et au street art.

JPEG - 119.8 ko

Les auteurs, Christophe Genin, Adrien Grimmeau et Gérard Fournier présenteront leur démarche, leurs motivations et leur vision, telles qu’ils les ont transcrites dans leurs livres respectifs.

Les trois livres à l’honneur sont :
Le street art au tournant - Reconnaissances d’un genre, Christophe Genin, Impressions Nouvelles, novembre 2013,
Dehors ! le graffiti à Bruxelles, d’Adrien Grimmeau, CFC éditions, juin 2011
Bello Gesto, livre et Dvd de Gérard Fournier, juin 2013, en vente sur le site Maquis Art.

Entrée libre

Retour au sommaire



Ecarlate La Compagnie présente

IDENTITIES (HIDE ENTITIES)


• Samedi 15 mars à 19h

JPEG - 14.6 ko
© Marine Dricot

Deux comédiennes vous proposent une lecture d’extraits de Quand tu verras la mer de Leila Houari (Belgique, Maroc), édition l’Harmattan, Une si longue lettre de Mariama Bâ (Sénégal), édition Motifs, et La jeune fille et la mère de
Leïla Marouane (France, Algérie), édition Le Seuil.

Les lectures seront suivies d’un dialogue avec les comédiennes ainsi qu’avec l’auteure Leïla HOUARI.

Ecarlate La Compagnie a pour projet d’explorer et de faire découvrir la littérature féminine en général, en centrant les lectures sur des formes et des thématiques qui traduisent les réalités sociale, politique et physique des auteures. Le premier volet de ce travail aborde la littérature du continent africain, de sa diaspora et des Antilles. Quelles sont les problématiques de vie, d’identité, de tensions entre les cultures d’origine et d’adoption en cas d’immigration ? Comment ces autrices abordent-elle la politique, l’histoire, l’intimité, la sexualité, la religion, le pouvoir, le traitement
du corps (modelage/oppression). Autant de questions qui viennent s’associer au simple plaisir, pour des comédiennes, de mâcher des textes savoureux, de donner à entendre et de mettre en valeur des mots, des points de vue et une prose rarement exploités.

Lectrices : Elsa POISOT et Line GUELLATI, comédiennes, metteuses en scènes et créatrices.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, 1,25 euro article 27, entrée libre pour les sans-papiers.

Retour au sommaire


Rencontre-débat

RAP, HIP-HOP : 30 ANNÉES EN 150 ALBUMS

• Jeudi 20 mars à 20h

Une soirée en partenariat avec le centre de doc des Lézarts Urbains.

JPEG - 33.3 ko

Autour du livre de Sylvain Bertot Rap, hip-hop, 30 années en 150 albums Lezarts Urbains propose une soirée réflexive, festive et musicale (DJ) pour évoquer, en mot et en musique la fabuleuse histoire du Rap. Après 30 années
d’existence, le rap a su créer des classiques, des albums de référence, leur impact est majeur. Ce genre a livré des albums riches, solides et appréciables en dehors de leur contexte de naissance. "Des chefs-d’œuvres, que même ceux dont l’oreille n’a pas été éduquée au rap, sauront apprécier à leur juste valeur", indique Sylvain Bertot.

Sylvain BERTOT est un des fondateurs du magazine en ligne POPnews.com dont il signe les chroniques hip-hop. Son livre Rap, hip-hop : 30 années en 150 album est paru aux éditions Le Mot et le Reste en 2012.

P.a.f. : entrée libre

Retour au sommaire



Le cycle Parcours d’éditeur accueille

ENTRE LES LIGNES


Slow-journalisme et web mémoire des éléphants…

JPEG - 197.9 ko
capture d’écran de la page d’accueil du site Entre Les Lignes

Entre les lignes est un site qui réunit des journalistes, des photos-reporters, des illustrateurs, des chroniqueurs, jeunes retraités ou vieux briscards de la presse, désireux de consacrer du temps aux sujets oubliés, parler de la pluie et du beau temps, de justice et d’injustice, dire les gens et la vie et les lieux.

« (…) Il était une fois un journaliste qui avait envie de faire un blog pour montrer son savoir-faire : reporter-photographe jusqu’au bout des ongles et amoureux de la transmission vers les jeunes générations, il s’est demandé pourquoi, au fond, il ne réunirait pas sur le même blog les billets éparpillés qu’il avait envie de lire.
Comme Jean-Frédéric Hanssens a beaucoup d’amis journalistes, dont pas mal ont passé une partie de leur vie professionnelle dans les rédactions du Soir, il s’en est ouvert auprès de quelques-uns.

Très vite, les lignes de force se sont spontanément dégagées. Délivrés de toute considération économique (enfin presque), sans patron, en se réunissant de temps à l’autre dans un endroit sympathique, libres, enfin libres, elles et ils se sont mis à écrire, à filmer, à photographier, à dessiner comme ils avaient envie, tout simplement, chacun dans son style, avec ses énormes défauts et ses petites qualités. Entre les lignes. Hors la ligne. Rien de ce qui est humain ne nous est étranger. Ce n’est pas un
journal – quoique…

Ce n’est pas ceci, ce n’est pas cela, mais au bout du compte, on trouve des points de vue sur ce qui fait l’actualité, des portraits, des critiques, même des recettes de cuisine, des éditoriaux sous forme de dessins, des trucs amusants, des indignations, des voyages, des portraits, des gens, des idées. Les experts disent que nous faisons du slow journalisme, voire même du journalisme périphérique, et
que surtout, nous ne devons pas changer de style : « Vous êtes en quelque sorte le cimetière des éléphants ».

Nos barrissements, cependant, ont rapidement reçu de l’écho. Et comme toute nouvelle espèce apparaissant dans la nature et s’y adaptant parfaitement, nous avons à présent des ambitions. (…) Nous aimerions, vieilles gloires encore ambitieuses, vous convaincre qu’il ne sert à rien de pleurer l’évanescence
de la liberté : la liberté, il faut s’en servir et nous ne nous en privons pas. Tant pis pour les magasins de porcelaine des conventions, des idées reçues, des idéologies toutes faites, du prêt-à-penser, des nostalgies rétrogrades et du modernisme réac : laissez passer, laissez passer les éléphants ! »

Jean Rebuffat

Exposition de photos, dessins et caricatures

• Vernissage mardi 18 mars
de 18h à 20h

JPEG - 30.6 ko

Avec des œuvres de Jean-Frédéric HANSSENS, photographe ; Jorge COPUSE, dessins et chronique La vie des glands ; Jean-Claude SALEMI,
illustrations, linogravures, chronique L’air du temps ; Anne-Catherine VAN SANTEN, chroniqueuse en bande dessinée Coup de plume.

L’exposition est visible du mercredi 19 au vendredi 28 mars 2014, les mardis de 14h à 17h, les mercredis, jeudis et vendredis de 14h à 18h ou sur rendez-vous.

Entrée libre

Les spécificités de la presse en ligne

• Vendredi 28 mars à 20h

Rencontre débat avec des journalistes spécialisés : Gabrielle LEFÈVRE, Ricardo
GUTTIEREZ, Marcel LEROY, Aline DHAVRÉ, Paul HERMANT…

Entrée libre

Vers le site Entre les lignes

Retour au sommaire


MÉTISSAGES 100 %

Femmes en mouvement, rencontre entre un roman et une pièce de théâtre

• Jeudi 8 mai à 19h30

JPEG - 95.3 ko

Nous vous proposons une rencontre autour de Métissages 100%, le premier roman d’Altay Manço, paru chez l’Harmattan, et Va jusqu’où tu pourras, pièce de théâtre coécrite par Sedef Ecer, Michel Bellier et Stanislas Cotton, publiée aux éditions Lansman.

Premier roman d’Altay Manço, Métissages 100 %, est au croisement inattendu de deux « routes de soi ». Une jeune femme issue de l’immigration faisant carrière dans la mode, en conflit avec ses parents traditionalistes, et un professeur d’histoire et de langues orientales dont la vie tourne en rond. Sur fond de négociations de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, nos héros sont menés d’aventures en épreuves, de Bruxelles à Istanbul, à la recherche de leurs idéaux.

Dans Va jusqu’où tu pourras, récemment produite par le Dynamo Théâtre, nous suivons des femmes en errance. Que cherchent-elles ? Qui suivent-elles ? Que fuient-elles, de la Turquie à Ostende, de la mer à la mer et du sud au nord, en passant par Marseille et Bruxelles...

Avec Altay A. MANÇO, directeur scientifique à l’Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations et Michel BELLIER, comédien, auteur de théâtre et parolier.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, 1,25 euros article 27, entrée libre pour les sans-papiers

Retour au sommaire


CONTES GLACÉS ET LETTRES IMPERTINENTES

• Lundi 12 mai à 19h

JPEG - 62.5 ko
JPEG - 67.1 ko

À partir de textes de Jacques Sternberg et Ernestine Chasseboeuf, les participants de l’Atelier Voix au Chapitre vous invitent à une lecture aux saveurs surprenantes : acides, fruitées ou pimentées, mais toujours toniques

Mise en bouche : Christine HENKART

Entrée libre mais réservations vivement souhaitées :
025345087 ou asblpasmoi@gmail.com

Retour au sommaire


LES BELGES D’ORIGINE MAROCAINE… ÉTERNELS SUJETS, OU CITOYENS ?

• Mardi 13 mai à 20h

JPEG - 78.2 ko

À l’occasion de la résidence du journaliste Ali Amar à Bruxelles nous vous proposons,
en marge des célébrations du cinquantenaire de l’immigration marocaine en Belgique,
une soirée consacrée aux rapports entre le Royaume marocain et ses émigrés depuis trois générations. Depuis la disparition de Hassan II, le style de contrôle de la diaspora par le gouvernement de Mohammed VI a changé. Il reste que 7% du PIB du Maroc proviendraient encore des transferts des Marocains Résidents à l’Étranger comme les considère Rabat. Et que Bruxelles, ville européenne où la communauté
d’origine marocaine est la plus dense, est aussi la capitale de tous les lobbies, donc une place de choix pour défendre, par exemple, la vision d’un Maroc en voie de démocratisation.

Avec nos invités, nous débattrons d’un pan peu connu de notre histoire commune. Une histoire de non-dits et de mots qui sentent le soufre : Mahkzen, amicales, double allégeance, entrisme... et permettent de comprendre, peut-être, certaines bizarreries diplomatiques qui perdurent entre la Belgique et le Maroc...

Avec :

Ali AMAR est co-fondateur du Journal, hebdomadaire marocain indépendant qui a cessé de paraître pour des raisons politiques et financières. Auteur de Mohammed VI : Le grand malentendu et de Paris-Marrakech : Luxe, pouvoir et réseaux avec Jean-Pierre Tuquoi, chez Calmann-Lévy, il réside actuellement à Bruxelles dans le cadre de l’International Cities of Refuge Network, à l’invitation et avec le soutien de l’ASBL Passa Porta.

Malika ES-SAIDI a écrit pendant quatre ans dans la presse francophone au Maroc, ainsi qu’en tant que correspondante de Jeune Afrique. De retour à Bruxelles, elle a travaillé comme journaliste indépendante pour Le Journal du Mardi, Le Soir et TelQuel, avant de se lancer dans la réalisation audiovisuelle.

Mohamed OUSLIKH
Sociologue, après avoir été chercheur à l’Institut de sociologie de l’ULB, il rejoint le bureau d’étude de la FGTB de Bruxelles. Militant syndicaliste, il a cofondé le Comité Contre la Répression au Maroc (Charleroi) et l’Association des Marocains de Belgique pour la défense des droits de l’homme.

La rencontre sera animée par Baudouin LOOS, du journal Le Soir.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, entrée libre pour les sans-papiers.
Un partenariat entre la Maison du Livre et le Centre régional du Libre Examen.

Retour au sommaire


Cycle Écrit-écran

ILS ONT EU LA GRAISSE, ILS N’AURONT PAS LA PEAU

• Mardi 20 mai à 18h30

Projection du film de Jean-Baptiste PELLERIN suivi d’une rencontre avec les auteurs Raymond GURÊME et Isabelle LIGNER.

JPEG - 48.7 ko

Ceux qui l’ont rencontré se souviennent encore de Raymond Gurême, venu en 2012 nous parler de son livre, Interdit aux nomades, co-écrit avec Isabelle Ligner et paru chez Calmann-Lévy. Né en 1925, d’origine manouche, Raymond se destinait à une vie dans le cirque familial quand toute la famille a été arrêtée sur ordre de la police française, puis conduite dans les camps de Darnétal, près de Rouen, puis de Linas-Montlhéry dans l’Essonne. Il a réussi à s’échapper, est entré dans la Résistance et n’a retrouvé les siens que neuf ans plus tard, en Belgique. Il réside aujourd’hui dans l’Essonne, en caravane, dans un espace où vivent ses 15 enfants et ses 150 descendants. Âgé de 88 ans, il continue à témoigner inlassablement de l’internement des Tsiganes dans les camps français de la Seconde Guerre mondiale, et participe à toutes les luttes contre l’injustice et pour les droits des Voyageurs.

Jean-Baptiste Pellerin nous offre le portrait de cet éternel résistant ; son film est le résultat de 2 années de tournage et d’amitié partagée. Le présent et la mémoire du passé se conjuguent dans ce documentaire servi par la gouaille et l’énergie combative de Raymond.

Une soirée qui s’inscrit dans l’actualité française, puisque le statut qui plaçait les voyageurs hors du droit commun est en passe d’être abrogé plus de 100 ans après sa création.
La soirée sera animée par Evelyne POMMERAT, directrice de la médiathèque de la Fnasat à Paris.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, entrée libre pour les sans-papiers.

Retour au sommaire


L’APPLICATION DE LA LOI CONTRE LES DISCRIMINATIONS

• Lundi 26 mai de 9h30 à 12h30

Formation organisée par la CLASS asbl

Depuis 2007, la Belgique dispose d’un arsenal juridique parmi les plus performants au monde en matière de lutte contre les discriminations, inscrit dans le Code civil par le truchement de trois lois distinctes : contre le racisme, contre les discriminations fondées sur le genre, enfin, contre les autres formes de discriminations.

Or, ce dispositif révolutionnaire reste mal connu du grand public comme des acteurs de l’éducation, de l’action sociale et de la santé, pourtant en première ligne pour accueillir la souffrance des victimes de ces comportements délictueux. Certains concepts du dispositif ne sont pas compris dans leur mode d’intervention ni dans les sanctions qu’ils peuvent entraîner, puisque, pour les plus récalcitrants,
des peines sont, malgré tout, prévues dans ces trois lois. De même, le modus operandi pour les victimes et pour les associations qui pourraient les accompagner, reste obscure.
Devant ce constat, la CLASS vous propose une formation/discussion en quatre étapes autour de cette thématique.

Nous partirons des concepts inscrits dans la loi : discrimination directe, discrimination indirecte, harcèlement, injonction à discriminer, testing... pour tenter de voir clair dans ce que la loi tente de corriger dans les comportements sociaux.

Nous clarifierons ce qui relève du dispositif et ce qui ne s’y trouve pas, quels sont les groupes protégés par la loi et comment réagir, que l’on soit victime soi-même ou, en tant qu’acteur associatif, pour aider une personne victime de discriminations.

Animation : Michel DUPONCELLE, directeur d’Infor Jeunes

P.a.f : 5 euros, 2,5 euros pour les lecteurs de la bibliothèque et sur présentation de Debout les Mots !, gratuit pour les membres de la CLASS Cpte : BE36-06822694-6681
Renseignements et inscriptions : 02/513.14.56
(Mme Martine Dedal) ou class@laicite.be

Avec le soutien de la Commission Communautaire Française et d’Actiris

Retour au sommaire


SUEUR FROIDE ET FRISSONS BRÛLANTS

• Jeudi 5 juin à 19h

Après le succès de Vertige, chute et ravissement du 13 février dernier, les participant/es de l’atelier lecture à voix haute vous invitent à une nouvelle soirée ! Vous goûterez cette fois au souffle torride et à l’haleine glacée qu’exhale cette littérature venue du froid ou d’ailleurs, qui nous entraîne dans des sociétés malades où la violence se joue à huis clos et où les rebondissements sont permanents...

Des textes sur fond de critique sociale avec des qualités littéraires qui incitent bien des lecteurs de littérature blanche à se plonger avec délectation dans ces romans noirs.

Mise en voix : Marie-Pierre MEINZEL et Christine HENKART

Entrée libre mais réservations vivement souhaitées : 02 53450 87 - 0479 70 26 52 ou asblpasmoi@gmail.com

Retour au sommaire


IRÈNE HAMOIR, SURRÉALISTE BELGE

• Jeudi 25 septembre à 19h

JPEG - 146.4 ko
Sans Paroles - Roland Delcol

À l’occasion de l’exposition « Roland Delcol, un hommage discret à Irène Hamoir » (du 18 au 28 septembre 2014, Hôtel de Ville de Saint-Gilles, dans le cadre des Journées du Patrimoine), nous vous proposons de passer une soirée à la Maison du Livre pour découvrir ou redécouvrir Irène Hamoir en compagnie de Roland DELCOL et Henri-Jean RUTTIENS.

Irène Hamoir, poétesse et romancière belge, née à Saint-Gilles et figure féminine centrale du mouvement surréaliste a été l’épouse et la muse de Louis Scutenaire ; elle figure dans plusieurs dessins et peintures de René Magritte et Roland Delcol, mais en tant qu’écrivaine reste encore trop peu connue.

La rencontre sera ponctuée de lectures de textes de Irène Hamoir par Christine DEPPE, comédienne.

Cette soirée est organisée en partenariat avec le Service de la Culture de Saint-Gilles, la Bibliothèque communale et la Librairie Abélard.

Entrée libre.

Retour au sommaire


LES DÉFIS DU PLURIEL

Égalités, diversité, laïcité

• Mardi 7 octobre à 20h

JPEG - 95.7 ko
Les défis du pluriel

Tayush [1] est né en octobre 2010 de l’initiative d’un groupe de femmes et d’hommes résidant en Belgique, issus de l’immigration ou de la "société d’accueil". Ce groupe de réflexion œuvrant pour un pluralisme actif porte le projet d’une société inclusive qui reconnaît l’apport des différences culturelles, accepte et valorise leur inscription dans l’espace public et travaille à leur intégration réciproque ; la finalité de ce projet étant l’égalité sociale et l’accès de tous et toutes à la citoyenneté. L’ouvrage collectif Les défis du pluriel rassemble quatorze textes de réflexion, adoptant chacun un angle spécifique, de l’école au travail, en passant par l’antiracisme, le féminisme ou la laïcité.

Leurs auteur-e-s - Nadine Plateau, Azzedine Hajji et Renaud Maes, Michel Staszewski, Farida Tahar, Irène Kaufer, Albert Martens, Younous Lamghari, Gratia Pungu, Khaddija Haourigui, Ouardia Derriche, Marc Jacquemain, Paul Löwenthal, Xavier Delgrange et Hélène Lerouxel, Henri Goldman et Nicole Dewandre - seront interpellé-es par Hafida BACHIR (Vie féminine) et Paola HIDALGO (Bruxelles-Laïque).

Entrée libre - www.tayush.com

Vers le sommaire


BRUXELLES-DAKAR

Une connexion Hip-Hop

• Vendredi 10 octobre à 20h

JPEG - 31.3 ko

Une passerelle hip-hop relie Bruxelles à Dakar depuis 15 ans. Elle a permis à nombre d’artistes en rap, danse, djing ou graffiti de faire le voyage, dans l’un ou l’autre sens, débouchant sur des projets réguliers et des amitiés durables.

Depuis, à Dakar, Africulturban, structure d’aide et d’information pour les artistes locaux, monte chaque année le festival Festa2H et quantité d’événements autour du hip hop, la capitale sénégalaise et au-delà, valorisant ainsi le mouvement hip-hop africain, qui joue un rôle de premier plan dans la vie culturelle et sociale du continent.
Lezarts urbains, inscrit dans ces échanges depuis 15 ans, veut donner la parole à ces activistes qui ont changé le paysage culturel de leur pays, mais dont l’action est très méconnue chez nous.

En présence de Matador, artiste incontournable sur la scène sénégalaise, d’Amadou FALL BA, cheville ouvrière de l’association, des rappeurs sénégalais Xouman et Keyt et d’artistes et partenaires bruxellois, nous évoquerons la vitalité du hip-hop au Sénégal et l’action d’Africulturban et discuterons ensemble des enjeux, du sens et des perspectives d’échanges hip hop entre nos deux pays.

Entrée libre

Plus d’infos : 02/538.15.12 et www.lezarts-urbains.be

Vers le sommaire


ARAGON ET LA POÉSIE ARABE

• Mardi 14 octobre à 19h

JPEG - 89.1 ko

Le Fou d’Elsa reflète un immense engagement intellectuel de Louis Aragon pour s’approprier la culture et l’histoire du monde arabe et musulman et pour comprendre sa relation au monde chrétien et au monde moderne. Les poèmes de Louis Aragon dans Le Fou d’Elsa sont sertis dans une narration biographique et une analyse sociologique et historique relatant l’Andalousie dominée par les musulmans.

La Société belge des amis d’Aragon vous convie à une soirée consacrée tout entière à ces relations passionnantes, avec au programme :

– Présentation du Fou d’Elsa par Philippe LESPLINGART, Société belge des amis d’Aragon.

– Situation du Fou d’Elsa dans le contexte de Grenade 1492 et regard critique sur le travail d’écriture du Fou d’Elsa par Xavier LUFFIN, professeur de littérature arabe classique et contemporaine.

– Lectures croisées d’extraits du Fou d’Elsa et de poèmes arabes par des comédiens.

Le tout illustré par un diaporama.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, 1,25 euros article 27, entrée libre pour les sans-papiers.

Vers le sommaire


NOIRS BLANCS MÉTIS

Ces enfants oubliés de la Belgique de papa

• Jeudi 16 octobre à 19h30

JPEG - 19.9 ko

Depuis plus de vingt ans, Assumani Budagwa explore avec rigueur la problématique du métissage telle qu’elle fut – laborieusement – traitée par la Belgique du temps des colonies.

Une histoire totalement occultée qui culmine, de 1959 à 1962, avec l’évacuation vers la Belgique des centaines d’enfants métis du Ruanda-Urundi et du Kivu, regroupés à « l’orphelinat pour mulâtres » de Save (Rwanda).

Sauf à considérer l’avis des mères concernées comme quantité négligeable : un rapt massif. Il faut lire les documents d’époque pour comprendre l’engrenage infernal dans lequel l’Occident s’est engagé en tentant de rationaliser sa politique coloniale. Il faut entendre les témoignages des Métis – ces enfants transparents de la colonisation – pour mesurer combien cette problématique relève autant du vertige identitaire – donc de l’intime – que du trou de mémoire collectif. En sortant au grand
jour ce dossier oublié des cartons de l’Histoire, Assumani Budagwa nous invite à plonger dans un passé pas si lointain. Un passé que seul, peut-être, le refoulé colonial a préservé du scandale d’Etat...

Assumani BUDAGWA, Ingénieur de recherche, diplômé de l’Université de Kinshasa et de l’UCL, co-fondateur de l’asbl Espérance Revivre au Congo, sera accompagné de témoins anciens enfants métis, du comédien Frédéric LUBANSU qui lira des extraits du livre, et de Lili SOREL, auteure de Dans mon pays, loin de mon pays - Le métissage en héritage, publié chez Couleurs Livre.

La rencontre sera animée par Françoise NICE, journaliste.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, 1,25 euros article 27, entrée libre pour les sans-papiers. Le verre de l’amitié est compris dans le prix !

Noirs Blancs Métis - La Belgique et la ségrégation des Métis du Congo belge
et du Ruanda-Urundi (1908-1960)
, Assumani BUDAGWA, 390 pp, 25 € , 2014.

Contact : noirsblancsmetis@gmail.com

Les coorganisateurs, la Maison du Livre et le Centre Librex, souhaitent à partir de cette rencontre amorcer une réflexion durable sur la question du métissage : des activités à construire avec des témoins, scientifiques, journalistes, artistes...

Vers le sommaire


Cycle écrit-écran, dans le cadre du week-end du Doc

MARCHER COMME SUR DES ŒUFS

• Jeudi 13 novembre de 12h30 à 14h

JPEG - 73.3 ko

Dans le cadre du week-end du Doc, Graphoui et la Maison du Livre vous proposent de découvrir le documentaire de Bruno Goose Marcher comme sur des œufs (2013/51’/couleur/VO FR, co-production atelier Graphoui et CréationProduction & Cie). Un film choisi en pensant aux participants de nos ateliers d’écriture, en ce qu’il interroge le rapport à soi à l’œuvre dans le travail d’écriture. Un groupe d’étudiantes en art est filmé, séance après séance, depuis le moment qui suit la proposition d’un
travail de bande dessinée, jusqu’au résultat final. Chacune à leur tour elles racontent leurs histoires. Elles se racontent et expérimentent qu’elles construisent un récit, le leur, et que ce récit les construit.

Rencontre avec le réalisateur à l’issue de la séance.

Entrée libre

Vers le sommaire


MILLE CHEMINS DU TEMPS

• Jeudi 13 novembre de 14h30 à 16h

JPEG - 83.6 ko

L’écriture du cinéma s’est nourrie des inventions qui lui ont donné le mouvement, la
voix, la couleur... Les techniciens ont dans les mains des instruments de plus en plus élaborés pour capter l’émotion, la vie, la vérité, à travers le son et l’image.

L’inventeur Jean-Pierre Beauviala et les ingénieurs d’Aaton ont marqué l’histoire du cinéma des dernières décennies, en insufflant aux réalisateurs d’autres façons d’approcher le réel ou de raconter les histoires. La caméra "chat sur l’épaule", le marquage du temps, la "paluche" sont autant de chemins offerts aux cinéastes pour
aller à la rencontre du public. Avec Eliane de Latour, Manu Bonmariage, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Thierry Michel, François Pain, Claudio Pazienza, Olivier Hespel...

Un film de Philippe Vandendriessche (2014/68’, production les Films de la Mémoire).

P.a.f. : 1 euro.

Vers le sommaire


JEUNES CHERCHEURS DANS LA CITÉ

Mises en mots, remises en formes

• Vendredi 14 novembre de 18h à 21h

JPEG - 53.7 ko

Bienvenue à la 5e édition du festival Jeunes Chercheurs dans la Cité, une initiative franco-belge visant à diffuser auprès du grand public les recherches de jeunes doctorants en sciences humaines en s’invitant dans différents lieux culturels de la ville.

Le cycle Mises en mots, remises en formes aborde le renouvellement et l’originalité des formes d’expression et de diffusion littéraires,

avec :

Lidia Benito Morales (ULB) : Littérature du jeu et jeu littéraire : une approche théorique

Valérie Nahon (ULB) : Le « mook » : mise en forme de l’information, « remise en forme » contemporaine

Laurianne Perzo (Artois) : Le théâtre jeune public, de la mise en scène à la mise en mots d’un engagement

Discussion et verre de l’amitié à l’issue des conférences.

Entrée libre

Vers le sommaire


1914-1918 : TEXTES ET CHANSONS DE LA GRANDE GUERRE

• Mercredi 19 novembre à 19h30

JPEG - 78.9 ko

Dans le cadre du programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale organisé par la Commune de Saint-Gilles, la bibliothèque et la Maison du Livre vous invitent à une lecture spectacle inédite. Les comédiens de l’asbl Plaisir du Texte ont sélectionné des extraits de romans noirs et de romans policiers, des poèmes et des chansons de Poilus... Au-delà des clichés, une rencontre avec l’histoire, la terreur, l’espoir, les grands malheurs, les petites joies et le quotidien de la
Grande Guerre…

Avec Pierrette LAFFINEUSE (chant), Marie- Christine DUPREZ et Roger INDRICQ (lectures). Les livres sur ce thème disponibles à la
bibliothèque seront mis en évidence à cette
occasion.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, 1,25 euros article 27, entrée libre pour les sans-papiers.

Vers le sommaire


LA VIOLENCE DES RICHES !


Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon

• Jeudi 27 novembre - 19h30 À LA MAISON DU LIVRE
RÉSERVATION INDISPENSABLE
COMPLET ! COMPLET ! COMPLET ! COMPLET !

JPEG - 23.6 ko

Spécialistes de la bourgeoisie, les sociologues Monique PINÇON-CHARLOT et Michel PINÇON se sont penchés sur la manière dont les riches nous livrent une guerre sans merci... Dans leur ouvrage La violence des riches - Chronique d’une immense casse sociale (Editions Zones - La Découverte 2013), ils dressent une liste non-exhaustive des violences de ceux qui concentrent les richesses et les pouvoirs. Pour les Pinçon-Charlot, la casse sociale, sur fond de crise, bat son plein : les vies deviennent jetables et les existences sont sacrifiées. Nous sommes confrontés à une violence et une misère sociales qui n’ont de cesse de s’intensifier. Avec pour premières victimes... les classes populaires.

Nous vous invitons à rencontrer ce couple de sociologues qui cogne dur et parle clair ! Avec eux, nous analyserons les rouages de cette véritable « guerre des classes » et réfléchirons à la manière de transformer ce système en redevenant des citoyens à part entière. Afin de ne pas perdre le combat par KO.

P.a.f. : 4 euros, 2,5 euros étudiants et chômeurs, 1,25 euros article 27, entrée libre pour les sans-papiers - RÉSERVATION INDISPENSABLE

COMPLET ! COMPLET ! COMPLET ! COMPLET !

À L’UNIVERSITÉ POPULAIRE Dès 18h, vous êtes invités par l’Université Populaire à la projection du film La violence des riches réalisé par Yannick Bovy (Janvier 2014 - 26 min) en présence du réalisateur et des Pinçon Charlot.

Université Populaire de Bruxelles
Rue de la Victoire 26 – 1060 Bruxelles
info@universitepopulaire.be
Tél : 02/543.03.03
Une initiative du Centre d’Education Populaire André Genot (www.cepag.be) et de la Maison du Livre, en partenariat avec Pac, Bruxelles-Laïque et le Centre Librex.

Vers le sommaire


VOCAL CORDS : AUDITION PUBLIQUE DES ÉLÈVES

• Dimanche 30 novembre de 17h à 21h

Vocal Cords est l’école de la compagnie Elyts Records & Publishing fondée à Bruxelles en 1988 par le chanteur, compositeur et producteur américain GYLE WADDY, fort d’une expérience professionnelle de 40 ans dans le monde du show business et professeur-conseiller de la voix.
Ses élèves sont fiers de vous présenter le fruit de leur travail de longue haleine.

Réservations :
gyle.waddy@skynet.be,
02/514.07.81 ou
0477.33.48.26
P.a.f. : 10 euros, étudiants de 12 à 18 ans 8 euros, moins de 12 ans 5 euros.

Vers le sommaire


[1De l’arabe classique "Ta’ayush" qui signifie "coexistence" ou "vivre ensemble". C’est aussi le nom qui a été choisi par un mouvement pacifiste judéo-arabe en Israël-Palestine

Recevoir notre Newsletter

Debout les mots !

ImagiMots !